6 février 2017

Assemblée des évêques catholiques du Québec,

3331, rue Sherbrooke Est,

Montréal, H1W 1C5

Messieurs les Évêques,

Nous du Parvis de Québec savons que vous serez invités en

avril prochain en visite «ad limina» auprès du Saint Père.

Dans le cadre de cet événement, il nous importe de porter à

votre attention un grave problème dans l’Église du Québec.

En effet, au nom de milliers de Québécois et Québécoises,

nous tenons à nous inscrire en faux contre l’argumentation

supposément théologique du Vatican, concernant

l’ordination des femmes au sacerdoce dans l’Église

Catholique.

Selon notre lecture, on peut résumer l’argumentation du

Vatican comme ceci : « Les femmes ne peuvent avoir accès

au sacerdoce, puisque Jésus n’a pas choisi de femmes

comme apôtres ».

En corollaire de cette soi-disant argumentation, le Vatican

devra soutenir que : « Tous les évêques du monde devraient

être des hommes juifs et circoncis, puisque tous les apôtres

choisis par Jésus étaient des hommes juifs et circoncis »

Dans le passé, vos prédécesseurs se sont ardemment

battus en faveur des ministères ordonnés pour les femmes

et, encore récemment au synode sur la famille, votre

collègue Mgr Paul-André Durocher a réclamé le diaconat

permanent pour les femmes dans notre Église.

Nous aimerions rappeler qu’au début de sa prédication,

l’apôtre Paul soutenait : « Ni homme, ni femme…car vous êtes

tous un en Jésus-Christ ». Pourtant, dans les années

subséquentes, Saint Paul, par souci de respect de la culture

de l’époque, a opté pour ralentir sa réclamation de l’égalité

homme-femme. Comme le disent les spécialistes des

Écritures, cela s’appelle de l’inculturation.

Or, dans la société québécoise, les femmes d’ici ont acquis

une quasi-égalité avec les hommes. Nous pensons donc

qu’il est prioritaire que l’Église sache maintenant vivre

l’inculturation mais dans un sens inverse aux premiers temps

de l’Église puisque le souci de respect pour la culture de

notre époque va dans le sens de l’égalité entre les hommes

et les femmes.

On se souviendra que les documents du Concile Vatican II

donnent beaucoup de place aux Conférences épiscopales

nationales. Peut-on vous suggérer que, lors de votre visite «

ad limina », vous portiez au Pape François une proposition

pour que le Saint-Siège autorise notre Église du Québec à

vivre les premières expériences de l’accès des femmes aux

ministères ordonnés? Jésus, selon nous, nous demande de

vivre la justice dans tous les domaines y compris l’égalité

homme-femme dans notre Église.

Les autres conférences nationales feront leur propre choix

sur ce thème, car, pour nous l’unité de l’Église ne signifie pas

l’uniformité.

Nous espérons que vous prendrez ce dossier à cœur, car

selon nous il en va de la crédibilité de l’Église.

 

Bien vôtre

Le Parvis de Québec

 

Voici les noms des membres du Comité de coordination du Parvis de Québec : Hélène Anctil, Grégoire Bissonnette, Jean-Marc Blondeau, Claude Cantin, Rita Gagné, Michel Laberge, Michelle Larochelle, Annine Parent, Jacques Racine ____________________________________________________________ Nous invitons toute personne qui  est d’accord avec le contenu de cette lettre à  nous  envoyer un courriel  d’appui  à l’adresse suivante :  (cliquer) :  droitsdelafemme@parvisquebec.com   ainsi que  vos commentaires si désirés Ne pas oublier de mettre votre adresse physique.

 P.S. : Il est de notre intention de rendre publique cette

missive.

On vous invite à lire: « La politique à l’ère de Trump, » texte de la conférence de Louis Balthazar, au Montmartre, disponible dans nos Documents.

Comité de coordination

Hélène Anctil Guy Bédard Grégoire Bissonnette Jean-Marc Blondeau Claude Cantin Rita Gagné, o.s.u. Michel Laberge Michelle Larochelle Annine Parent Jacques Racine

Contact

Grégoire Bissonnette,

Gregoire.bissonnette@videotron.ca 

418-871-3142

Soirée Relations

LA RÉFORME DE LA CURIE : ENJEUX ET PERSPECTIVES

La réforme de la Curie romaine entreprise par le Pape François dès le début de son pontificat commence à être visible, notamment par la création de nouveaux dicastères : d’abord ceux concernant les communications et l’économie, suite aux scandales vécus dans ces deux domaines (Vatileaks et malversations), ensuite le  dicastère pour les laïcs, la famille et la vie (suite au Synode sur la famille) et, le plus récent, celui pour le développement humain intégral (dans la foulée notamment de l’Encyclique Laudato Sì). Face à ces premiers pas, nous devons nous demander : Quel est l’esprit de la réforme mise de l’avant ? Quelles en sont les caractéristiques et les limites? Quelles sont les répercussions les plus importantes qu’on peut attendre de cette réforme dans l’Église locale au Québec ? Nous aborderons ces enjeux avec : Gilles Routhier (répercussions au Québec) Marco Veilleux (esprit de la réforme) Patrice Bergeron (répercussions de la réforme sur la réalité de la famille) Nadia-Helena Vacaru (répercussions de la réforme sur la justice sociale) L’animation de la Soirée sera assurée par Jacques Racine En collaboration avec le Centre de spiritualité Manrèse et le Parvis
RÉFORME DE LA CURIE Le jeudi 20 avril 2017 de19h00 à 21h30 Services diocésains de Québec 1073, boul. René-Lévesque, ouest Salle 153 Contribution: 5$  

6 février 2017

Assemblée des évêques catholiques du

Québec,

3331, rue Sherbrooke Est,

Montréal, H1W 1C5

Messieurs les Évêques,

Nous du Parvis de Québec savons que

vous serez invités en avril prochain en

visite «ad limina» auprès du Saint Père.

Dans le cadre de cet événement, il nous

importe de porter à votre attention un

grave problème dans l’Église du

Québec.

En effet, au nom de milliers de

Québécois et Québécoises, nous

tenons à nous inscrire en faux contre

l’argumentation supposément

théologique du Vatican, concernant

l’ordination des femmes au sacerdoce

dans l’Église Catholique.

Selon notre lecture, on peut résumer

l’argumentation du Vatican comme ceci

: « Les femmes ne peuvent avoir accès

au sacerdoce, puisque Jésus n’a pas

choisi de femmes comme apôtres ».

En corollaire de cette soi-disant

argumentation, le Vatican devra

soutenir que : « Tous les évêques du

monde devraient être des hommes juifs

et circoncis, puisque tous les apôtres

choisis par Jésus étaient des hommes

juifs et circoncis »

Dans le passé, vos prédécesseurs se

sont ardemment battus en faveur des

ministères ordonnés pour les femmes

et, encore récemment au synode sur la

famille, votre collègue Mgr Paul-André

Durocher a réclamé le diaconat

permanent pour les femmes dans notre

Église.

Nous aimerions rappeler qu’au début

de sa prédication, l’apôtre Paul

soutenait : « Ni homme, ni femme…car

vous êtes tous un en Jésus-Christ ».

Pourtant, dans les années

subséquentes, Saint Paul, par souci de

respect de la culture de l’époque, a

opté pour ralentir sa réclamation de

l’égalité homme-femme. Comme le

disent les spécialistes des Écritures,

cela s’appelle de l’inculturation.

Or, dans la société québécoise, les

femmes d’ici ont acquis une quasi-

égalité avec les hommes. Nous

pensons donc qu’il est prioritaire que

l’Église sache maintenant vivre

l’inculturation mais dans un sens inverse

aux premiers temps de l’Église puisque

le souci de respect pour la culture de

notre époque va dans le sens de

l’égalité entre les hommes et les

femmes.

On se souviendra que les documents

du Concile Vatican II donnent beaucoup

de place aux Conférences épiscopales

nationales. Peut-on vous suggérer que,

lors de votre visite « ad limina », vous

portiez au Pape François une

proposition pour que le Saint-Siège

autorise notre Église du Québec à vivre

les premières expériences de l’accès

des femmes aux ministères ordonnés?

Jésus, selon nous, nous demande de

vivre la justice dans tous les domaines y

compris l’égalité homme-femme dans

notre Église.

Les autres conférences nationales

feront leur propre choix sur ce thème,

car, pour nous l’unité de l’Église ne

signifie pas l’uniformité.

Nous espérons que vous prendrez ce

dossier à cœur, car selon nous il en va

de la crédibilité de l’Église.

 

Bien vôtre

Le Parvis de Québec

 

Voici les noms des membres du Comité de coordination du Parvis de Québec : Hélène Anctil, Grégoire Bissonnette, Jean-Marc Blondeau, Claude Cantin, Rita Gagné, Michel Laberge, Michelle Larochelle, Annine Parent, Jacques Racine ____________________________________________________________ Nous invitons toute personne qui  est d’accord avec le contenu de cette lettre à  nous  envoyer un courriel  d’appui  à l’adresse suivante :  (cliquer) :  droitsdelafemme@parvisquebec.com   ainsi que  vos commentaires si désirés Ne pas oublier de mettre votre adresse physique.

 P.S. : Il est de notre intention de rendre

publique cette missive.

On vous invite à lire: « La politique à l’ère de Trump, » texte de la conférence de Louis Balthazar, au Montmartre, disponible dans nos Documents.

Comité de coordination

Hélène Anctil Guy Bédard Grégoire Bissonnette, 418-871-3142 Jean-Marc Blondeau Claude Cantin Rita Gagné, o.s.u. Michel Laberge Michelle Larochelle Annine Parent Jacques Racine